Le petit blog du centre

Le clown

Pour moi, le clown n’est pas (seulement) cet être balourd, bête ou arrogant que nous présente trop souvent le cirque. D’ailleurs, je conteste qu’on naisse clown, on le devient.

Le clown est un comédien, un très bon comédien qui sait jouer sur tous les registres de la comédie. Et plus encore ! Car il maîtrise tous les arts du cirque, il peut être excellent magicien, instrumentiste, chanteur, mime et j’en oublie.

Et que dire de ces merveilleux clowns qui atteignent un si haut degré de poésie. Je pense bien sûr à Buffo.

Le clown témoigne de son temps tout en traitant de problèmes classiques (pour ne pas dire éternels). C’est un paria qui s’oppose au parvenu que représente pour moi le comique.

J’ai voulu dans un recueil de sketches explorer toutes les facettes du clown à travers notamment cinq personnages que j’ai créés sur le papier et sur scène : Eco et Ego d’une part, Marabout, Tintamarre et Popotin d’autre part.

Eco et Ego seront les plus difficiles à jouer. Les situations sont théâtrales mais il faudra y ajouter l’espièglerie, l’ignorance, la naïveté (Ego) et la suffisance, la vanité, le machisme (Eco).

Avec Tintamarre, Marabout et Popotin, j’aime jouer avec le langage jusqu’à le martyriser dans un autre sketch, celui du Klounistan. Mais chaque sketch a un sens à discuter avec les enfants ou adolescents. Car tous ces sketches ont d’abord été joués par des enfants ou des adolescents dans mon Centre d’initiation aux Arts du Spectacle.

Je suis venu tard au maquillage. De simples maquillages me suffisaient pour dire ce que j’avais sur le cœur. Puis, je me suis aperçu que certains adolescents adoraient maquiller et bien maquiller ! Alors, ne passons pas à côté de cet autre forme d’art si troublant et si -encore une fois- poétique. Autre art : la couture ! Le costume du clown fera ressortir la créativité de nombreux couturiers et couturières.

Enfin, j’invite animateurs et animatrices, enseignants et enseignantes à franchir le pas et à évoluer parmi la troupe de leurs jeunes artistes, c’est une véritable jubilation même si l’on n’est pas clown professionnel.

Mais ne perdez jamais de vue –au risque de me répéter- que le clown est un comédien, que chaque enfant doit trouver son personnage de clown. J’ai vu des enfants timides jouer des clowns tristes, angoissés, dépressifs de façon stupéfiante c’est-à-dire se révéler des comédiens fabuleux. Imaginez les effets bénéfiques !

Etrangement, les enfants que l’on traite de clowns réussissent moins bien. Ils restent éteints sur scène, ayant peur du ridicule. Car, ce n’est pas si évident de se grimer, maquiller, enlaidir pour mieux vociférer, gesticuler, caricaturer devant des spectateurs qui vous jugent !

Le clown est ainsi école d’humilité, de courage, d’intelligence.

Après 45 années de travail avec des enfants, adolescents, adultes, je peux affirmer que toute activité artistique, artisanale, sportive, intellectuelle … ne peux qu’enrichir l’individu de la pétanque à l’enfilage de perles en passant par la danse et le jonglage, etc etc …

Mais quelle richesse dans ce petit personnage qui peut tout faire comme un Grand …

Ce n’est pas moi qui l’affirme mais un très grand clown russe Popov : »le clown est un être bon et sage ».

Peu de clowns l’ont compris …

Un Centre naturel …

Le Centre d’initiation aux arts du Spectacle, c’est aussi une Ferme pédagogique. Nous parlons moins souvent de cet aspect du Centre, pourtant primordial à nos yeux car il nous permet de proposer à nos stagiaires une alimentation naturelle.
Nous ne disons pas « bio » d’abord parce que c’est un label qu’il faut mériter (auprès des instances européennes et ils s’y connaissent les bougres en matière de règlements/contrôles/tracasseries et j’en passe), nous disons bien « naturel » c’est-à-dire qu’aucun produit chimique ne franchit les grilles de Montusson. Pourtant, avec un hectare de jardin, un autre de verger, comment cela est-il possible ?
Simple ! Sur 100 pommiers, une bonne dizaine vont être la cible de nos amies chenilles qui donneront de si beaux papillons qui viendront polliniser nos fleurs. De même, certaines salades seront sacrifiées aux taupins. Nous nous interdisons même la bouillie bordelaise, c’est dire !
Naturel le verger,
Naturel le jardin,
Naturelle la vigne,
Naturelle la serre,
Naturel le blé,
Naturel le rucher(oui mais à condition que nos petites abeilles se contentent de la propriété).
Rectifions donc : le plus naturel … possible.
En 2014, nous avons démarré une expérience de permaculture (pilotée au départ par Victor, le paysagiste élagueur et excellent comédien dans notre centre du moins jusqu’à 17 ans). Pas d’intégrisme dans notre démarche, aucun mysticisme, un vrai amour du vivant de la terre et de la Terre. Disons que notre forêt (qui nous permet déjà de nous chauffer, ce n’est pas négligeable) va alimenter en bois pourri ou en bois fragmenté des buttes où toute une alchimie complexe (à base de répugnants animaux pour le commun des mortels) va permettre la récolte de beaux légumes ayant du goût. Ceux-là même qu’un grand nombre de stagiaires vont trouver durs, étranges voire immangeables …
Alors, finalement, pourquoi s’abimer le dos et la santé à continuer ce que certains appellent un « esclavage » (ne jamais prendre de vacances) ? pourquoi s’évertuer à faire des produits « naturels » alors que l’agriculture industrielle s’épanouit à 500 mètres de chez nous ?
Tout d’abord, nous consommons ces produits toute l’année (et je n’ai pas parlé de la viande … hein ! Sébastien …Judith …Lisa … Benjamin …).
Ensuite, parce que nous pensons qu’ apprendre aux enfants que nous recevons à aimer cette Terre et tout ce qu’elle nous donne, apprendre à bien manger, c’est tout simplement faire son métier d’Homme.

Petite précision : la Ferme pédagogique de Montusson accueille classes, établissements spécialisés, institutions, écoles (voyages scolaires) de janvier à décembre.